AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP Fini] Un client dans une boutique déserte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eléa

avatar

Sexe : Féminin

Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 500
Réaction Portes-Mondes: 0%

MessageSujet: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Mer 15 Sep - 14:46

L’après-midi était déjà bien entamé, et peu de choses s’étaient passées à la boutique. Tout au plus quelques clients, un insecte avalé par la petite plante carnivore… rien de bien palpitant. La pièce principale était ainsi remplie de fleurs, mais vide de monde, comme à son habitude. D’ailleurs, même la propriétaire n’était pas là. Recluse dans l’arrière boutique, Eléa s’attelait jours après jours à créer de nouvelles espèces, afin de trouver un jour sa « rose d’Ispahan ».

La chaleur de la journée l’accablait, elle qui préférait la fraicheur de la nuit, contrairement à ses plantes. Son tablier de travail montrait bien son acharnement : couvert de terre, de taches verdâtres et d’épines en tout genre, il semblait avoir servi depuis de longs mois, alors que la jeune femme l’avait enfilé seulement une semaine auparavant. Même une tige cassée était venue s’accrocher dans sa chevelure.

Une tige après l’autre, Eléa créait des bouquets en tout genre (si elle n’avait pas de clients dans la boutique, au moins recevait-elle des commandes régulières)… comme un architecte floral, se plaisait-elle à penser. Un architecte qui dispose les branches de sa composition l’une après l’autre, assemble, désassemble, tourne, décore, harmonise, invente, encore et toujours.

« Dliiing »

La petite cloche de la porte d’entrée venait de sonner, l’avertissant qu’un client hypothétique venait de franchir le pas de sa boutique. Trop intéressée par l’assemblage floral dans ses mains, elle ne pris même pas la peine d’aller voir le nouvel arrivant. De toute manière, une affiche sur le comptoir indiquait au visiteur que la vendeuse était en pleine « manipulations », et qu’il fallait l’appeler pour qu’elle se montre.

Sans se poser d’autres questions, comme à son habitude, elle continua son travail, sans se soucier du monde qui l’entourait.
Revenir en haut Aller en bas
L'Entitée
Divinité
Divinité
avatar


Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 0
Réaction Portes-Mondes: 0

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Dim 19 Sep - 21:40

Il est étrange comme parfois, certaines personnes sont surprises par le jeu d'une personne exceptionnelle. Cette personne qui n'en est pas vraiment une. Immatérielle mais pourtant bien là, Divine mais au caractère humain, peut-être même un peu trop, et ayant un goût très prononcé pour le jeu. Cette Entité aime avoir ce qu'elle veux, profiter de ce qu'elle désire lorsqu'elle en a l'envie, et ne se prive pas d'apparaître à ses enfants ou aux aventuriers d'Ashkore, pour venir se contenter. Ce n'est jamais en public qu'elle se montre, hormis lors de grands évènements ou tragédie, comme le passé d'Ashkore l'a montré. Et encore, en ces moments là, toujours elle s'est faite distante, car une partie de son âme s'évanouissait, pour devenir un portail vers un monde parallèle...

Ce soir là, c'est à la Rose d'Ispahan qu'elle avait décidée de se rendre. Elle avait suivi la vie de ces deux femmes, mère et fille, fleuristes toutes deux, mais aux activités bien différentes. Un drame était survenu dans la famille, et l'enfant perdus s'était dévouée à la culture des plantes de toute son âme. Elle passait tellement de temps dans l'arrière boutique que son commerce était désastreux, et pourtant, ses plantes étaient sublimes, élevée avec cœur, uniques. L'ont dit même que Eléa et sa mère auraient inventée de nouvelles plantes, mais préféraient continuer leurs recherches plutôt que de s'en vanter.
Ce qui avait attiré un tel personnage en ces lieux, c'était tout d'abord le secret. Celui des plantes, car personne n'entrait jamais dans l'arrière boutique, et donc ne savait ce qu'y s'y passait. Et celui des activités nocturnes. Car l'Entitée savait quasiment tout, elle pouvait presque tout savoir, mais préférait découvrir de ses propres yeux, et entendre de ses oreilles divines les témoignages de ses enfants et invités (Natifs & Humains), car au contact de ces êtres, elle pouvait ressentir, toute la sensualité, le plaisir, et la douceur des sentiments. Que ce soit la colère, l'amour, le bonheur. Cette reine sublime s'en nourrissait. C'est d'ailleurs pour cette raison que certaines personnes sont presque effrayés par elle, car si elle n'était qu'humaine, beaucoup seraient tentés de la traiter de folle, malade mentale ou autres termes désagréables... Mais elle a le pouvoir sur tout, et peu osent la défier. De toute manière, elle se nourrit tout autant de la peur, et aime en jouer comme de tout les sentiments. En cette journée froid de la saison du grand froid, toute vêtue de rouge, ses longs cheveux blancs pendant en son dos, et cette aura inhumaine planant autour d'elle, la divine femme sonna la cloche de l'Entrée du magasin, bien qu'elle s'y trouva d'une simple pensée, il lui paraissait plus amusant de passer pour une simple cliente... Elle attendit patiemment face au comptoir. Mais personne ne répondit, du moins, pas dans la minute qui suivit. L'idée de se rendre dans l'arrière boutique lui plût fortement, prendre madame la fleuriste sur le fait lui semblait si délectable, mais l'appeler et voir sa réaction lorsqu'elle se rendrait compte de qui lui faisaient face lui semblait encore plus plaisant. Ainsi, d'une voix qu'elle fit la plus humaines possible, une voix que l'on qualifierait de sensuel et chantante, elle prononça quelques mots qui résonnèrent à travers la boutique ;

"Eléa Eldacar, Dame Fleuriste et Accompagnatrice de la Nuit, cela est-il bien élégant et poli de laisser ses clients sur le Palier ? Mon odorat est excité par l'odeur de vos œuvres, si vous ne venez pas à moi, je ne pourrais résister longtemps à l'envie de vous rendre visite là où personne ne va ~"

Bien sûr, ces paroles n'avaient rien de très normales, personne ne s'adresserait à quelqu'un en l'appelant par son entier nom, qui plus est, n'oserait menacer quelqu'un dont il ne pourrait soupçonner la présence, de venir lui rendre visite dans l'arrière boutique. Hormis un voleur, ou un compagnon d'un soir bien méprisable...
Revenir en haut Aller en bas
Eléa

avatar

Sexe : Féminin

Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 500
Réaction Portes-Mondes: 0%

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Lun 20 Sep - 21:48

Cela faisait déjà une bonne minute que la cloche de l’entrée de la boutique avait sonnée. Bien entendu, Eléa l’avait remarqué, et bien entendu, elle avait continué son œuvre. Ses doigts meurtris par quelques épines maniaient les ciseaux avec dextérité, et les feuilles jonchaient le sol, formant alors un tapis verdoyant aux pieds de la jeune femme, cimetière des opérations florales ratées.

Seul le bruissement des plantes entre ses doigts résonnait dans la pièce. Il était bien étrange que le client ne fasse aucun bruit. Alertée, Eléa tendit l’oreille, sans grand espoir. Le vent peut-être, ou bien quelqu’un avait simplement entrouvert la porte sans pénétrer dans la boutique.

Pensant qu’elle n’aurait ainsi pas à faire le déplacement, Eléa se remit au travail. Entre ses doigts prenait vie une nouvelle plante, aux pétales d’une couleur inégalée, espérait la jeune femme, dans tout Ashkore, et plus loin encore. Une fleur dont les pétales se teinteraient de la couleur de la rivière, du glacier en train de fondre, de la pluie tombant sur une fenêtre… une transparence bleutée, laissant entrevoir les veines des pétales, leur vie et leur mort.

Le résultat ne semblait toutefois pas assez satisfaisant, un peu trop de bleu semblait-il. Eléa s’empara alors du pot de fleur afin de le déposer au fond de son atelier, quand une voix de femme retentit.

"Eléa Eldacar, Dame Fleuriste et Accompagnatrice de la Nuit, cela est-il bien élégant et poli de laisser ses clients sur le Palier ? Mon odorat est excité par l'odeur de vos œuvres, si vous ne venez pas à moi, je ne pourrais résister longtemps à l'envie de vous rendre visite là où personne ne va "

Dès les premiers mots, Eléa lâcha le pot de surprise, qui éclata sur le carrelage dans un grand bruit, la fleur gisant alors à même le sol.

Qui était là ? Qui venait de dire ces mots ? Qui connaissait son autre gagne pain surtout, qu’elle exerçait bien entendu dans un autre quartier de la ville ? Une voix féminine, surement pas un client de ses nuits…

La peur s’empara de la jeune femme. Quitter les lieux par la porte arrière ? Aller dans la boutique ? Et ses plantes ? Personne ne pouvait rentrer dans cette arrière boutique, pas même les personnes les plus chères à son cœur si elles existaient encore aujourd’hui. Personne ne devait contaminer cette pièce de son odeur, sa présence, son aura.

Hésitante, Eléa avançait doucement vers la boutique, tremblant légèrement. Le pot de fleur l’avait trahie, son seul choix était de faire face à cette femme qui semblait ne lui vouloir pas que du bien.

Lorsqu’elle passa le pas de la porte, elle se figea, glacée jusqu’au sang. Cette femme, elle savait de qui il s’agissait, mon dieu. C’était elle, Elle. Les yeux grands ouverts d’étonnement, elle dévisageait l’Entité sans dire un mot, ses joues prenant peu à peu une teinte rosée. Eléa se trouvait devant Elle, un tablier verdâtre par-dessus sa robe, des branches dans les cheveux, les mains pleines de terre… ridicule en somme…

Que faisait-Elle là ? Pourquoi ici, dans cette boutique insignifiante ?

Quelques secondes s’écoulèrent sans qu’aucun son ne sorte de sa bouche. Elle tenta un bonjour totalement raté, bafouillant tellement que seule la première syllabe sortit de ses lèvres. De toute manière, qu’était-il possible de dire sans paraitre ridicule dans un moment pareil ?
Revenir en haut Aller en bas
L'Entitée
Divinité
Divinité
avatar


Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 0
Réaction Portes-Mondes: 0

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Mer 22 Sep - 14:19

L'Entitée ne fut pas surprise d'entendre le bruit du fracas d'un pot, qui contenait certainement une plante exceptionnelle. Quel Gâchis pensait-elle... Il est dommage de gâcher une oeuvre d'art parce que l'on est quelque peu effrayé. Car oui, elle sentait la peur, à plein nez.. Ce n'était pas le sentiment qu'elle recherchait non, il était plaisant de sentir un être vivant, mais il était plus difficile de s'amuser lorsque ceux-ci étaient apeurés.

L'intruse ne bougea pas, attendant que son hôte se révèle enfin. Elle tarda quelque peu, surement à chercher un moyen de s'évader ou craintive de ne se faire agresser si elle venait à la rencontre de ce visiteur de la nuit.. Pourtant, Eléa finit par se montrer. Et rapidement, elle se figea, comme glacée (à vrai dire, la saison était propice pour imiter un glaçon, mais il faisait plutôt chaud ici (surement pour garder certaines plantes à bonne températures) … Ce que l'Entitée sentit instantanément, c'est ce changement soudain d'émotions. Passant de la peur à un grande surprise, et dans le même instant, une énorme gène. Elle le savait. Elle savait qu'elle produirait cet effet là, et s'en déléctait. 'Pauvre petite' pensait-elle...

Sur son visage, elle pouvait lire tout un tas de choses incompréhensibles. Après tout, elle venait de rencontrer sa créatrice, en quelque sorte sa mère, et qui plus est, cette personne qui était beaucoup pour elle, n'avait jamais été là de son vivant. Une telle rencontre devait être éprouvante. C'était une victoire pour la Reine d'Ashkore. Elle avait eu ce qu'elle voulait, mais, tout ne pouvait pas s'arrêter maintenant, il lui en fallait plus.

Longtemps, cette Entité exceptionnelle avait dit que le temps n'avait d'emprise sur elle. Eléa à présent pourrait peut-ètre le confirmer (à moins que son ébahissement ne lui fasse croire qu'elle n'était pas concentré sur ce qu'il se passait). Comme si rien ne s'était passé, la femme vêtue de rouge se trouvait face à son enfant. Là où elle se trouvait auparavant, son ombre semblait encore devoir s'évanouir, l'espace d'un instant. Elle se tenait à quelques centimètres du visage de la fleuriste, ses grands yeux, dérangeants et désagréablement inhumains, la scrutait. On pouvait y déceler toutes sortes de choses étranges que l'on ne trouvait pas dans un oeil humain. Il y avait un message, comme écrit dans le fond de son iris, pas en lettre non, un message qui était une sorte de sensation... Sensualité, Amour, Beauté. Peut-être qu'Elea ne le percevrait pas ainsi, car tout les gens perçoivent différemment toutes choses, mais c'était bien ce que l'Entitée voulait dans le fond. Lorsque ses douces lèvres s'ouvrirent, sa voix, toujours aussi puissante et chantante, sembla s'engouffrer directement dans les oreilles de son interlocutrice, comme si elles n'étaient qu'une pensée, transmise d'une autre manière...


« Allons mon enfant, ne sois pas effrayée. Je veux simplement découvrir, vous, et la beauté que vous cultivez... »

Elle détacha son regard de celui de son adorée hôte, et glissa, toujours à quelques petits centimètres de son doux visage vers son cou. Elle était en quête de quelque chose de sublime. La fragrance de son enfant était quelque chose d'exceptionnel. Indescriptiblement délectable. Mais il y avait une chose, une sensation qu'elle ressentait tout au fond d'elle. L'odeur de la pluie, la cristalline glace qui au soleil fond, la beauté pleurante, faite nature. Cette chose lui rappelait son roi défunt, le roi des Aquelias. Et Vowien Cerio, la triste... Cette beauté souffrait en ce moment...

Après ce léger mouvement dans son cou, l'Entitée se trouvait assise sur la structure la plus proche d'elle, toujours face à Eléa. Son regard, sans être moins beau et impressionnant, semblait empli d'une subtile tristesse. A nouveau elle ouvrit les lèvres. Sa voix était toujours chantante, le ton cette-fois ci plus mélancolique.


« Je l'entend qui se meure. La belle que Tu a fracassée. Elle me rappelle tant mon bon roi. Amène-là moi s'il te plait... Je veux la voir... »

Elle savait très bien que son caprice ressemblait à celui d'une gamine gâté, néanmoins intelligente. Le genre de personnes qui utilisent des jolis sans définir précisement ce qu'ils veulent. Attendant que la personne qui les écoutent cherche d'elle-même et les servent... Elle avait penché la tête sur le côté, le regard légèrement perdu, et faisait bouger ses pieds nus, jouant de ses mains avec sa longue robe rouge, bizarrement immatériel et physiquement palpable, le genre de paradoxe qui troublait encore plus que la présence de cette divine et désagréable personne.
Revenir en haut Aller en bas
Lazarus

avatar

Sexe : Masculin

Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 250
Réaction Portes-Mondes: 0%

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Ven 24 Sep - 15:16

Depuis ces derniers jours, Lazarus avait parcouru une incroyable distance, et pourtant l’épuisement ne semblait pas l’avoir gagné. Il conservait malgré tout cette grâce et cette beauté dont seul les feuilles savent se vêtir lorsqu’il rencontre l’automne. Il ne saisissait pas encore les raisons qui avaient poussées la nature à conduire ses pas jusque dans ce petit village isolé du reste du monde. Les loups l’avaient bien prévenu lorsqu’il l’avait escorté aux limites orientales de leur territoire : « Nous n’allons pas plus loin, car ceux qui marchent en cette direction n’en reviennent jamais. » Et pourtant, Lazarus ne les avaient pas écoutés. Cette remarque, au contraire, avait fait naître une curiosité nouvelle chez l’humain. Il décida donc de continuer sa route sans guides.

Du moins, il marcha seul jusqu’à ce qu’il entende la voix la plus mélodieuse qu’il lui avait été donné la chance d’entendre. Chaque nouvelle note qui parvenait à ses oreilles l’envoutait de nouveau et le faisait renaître des cendres de la dernière tel un phœnix dans sa plus céleste des danses nuptiales. Celui qui murmurait cette musique était le vent, mais un vent inconnu que Lazarus n’avait jamais rencontré auparavant. Son souffle faisait hérisser de plaisir le moindre petit poil qui recouvrait le corps du jeune homme. Il ne faisait plus qu’un avec lui, qui l’englobait et l’engloutissait comme une énorme bête vorace. Il ne put qu’écouter les indications de ce géant dont la violence était d’une douceur inouïe. Celui-ci le conduisit à la lisière d’une forêt majestueuse et l’abandonna sans crier gare. De là, un corbeau vint prendre le relais et tous portaient à croire qu’il était manifestement de connivence avec le vent. Il dirigea alors Lazarus vers des régions montagneuses et ce jusqu’à l’entrée d’un petit village : Ashkore.

Sans se poser véritable de questions, et faisant confiance à ses guides, il entra dans cette construction humaine et passa, comme tous les autres, par le processus « d’identification » des nouveaux arrivants. Il sentie tout de suite qu’elle que chose d’inhabituel et de singulier dans l’énergie que cet endroit dégageait. Non seulement le village, mais aussi ses habitants, particulièrement celui qui l’avait guidé à son arrivée. Il allait apparemment devoir s’y faire car, comme on lui avait précisé, il n’allait pas être en mesure de faire demi-tour. Ce qui suscitait toute son admiration et sa curiosité était sans aucun doute ses étranges portes-mondes. Que se cachait-il derrière elles et quel était la raison de leur présence ?

D’ici à ce qu’on lui donne la chance de pénétrer le mystère de ces portes, il allait malheureusement devoir parcourir les rues toujours trop étroites de cet endroit. Il se sentait de plus en plus prisonnier face à tant de construction humaine qui lui bloquait la route. Heureusement, quelque chose vint le sortir subitement de son tourment. Il ressentait une énergie différente de toutes les autres qu’il avait eu le chance de croisée. À sa simple sensation, il se sentait différent et une attirance inexplicable l’attirait en direction de la source. Il se retrouva rapidement devant la porte d’un petit commerce « La Rose D’Ispahan ».

Il ouvrit délicatement la porte et entra sans faire le moindre son, comme seul ceux qui avaient côtoyés les plus habiles chasseurs et les plus subtiles proies de la nature savaient le faire. Dès qu’il mit un pied sur le plancher de la boutique, tout ce qui avait pu le préoccuper avant son entrée l’avaient maintenant quitté temporairement. Les innombrables plantes et fleurs qui ornaient cet immonde immeuble donnaient un sentiment de réconfort à Lazarus. Un simple coup d’œil à cette nature artificielle suffisait pour savoir que ses plantes et ses fleurs bénéficiaient d’un amour exceptionnel et qu’elles étaient entre de bonnes mains. Cependant, l’origine du sentiment de plénitude de Lazarus et de toute l’énergie qu’il l’avait guidé jusqu’ici c’était ELLE. Était-ce la reine dont-il lui avait parlé à son arrivée ? Jamais rien n’aurait pu détacher le regard du jeune homme de cette merveille unique de l’univers. Si l’univers n’avait jamais accueilli en son sein la perfection, ELLE était sûrement ce qui s’en rapprochait le plus. Sans savoir pourquoi, il s’adossa contre le mur dans le simple but d’admirer ce chef-d’œuvre humain, ou du moins humain en apparence car ELLE dépassait clairement cet état contingent. Toutefois, sa présence avait effacé aux yeux de Lazarus l'existence d'une tierce personne dans la pièce. Malgré sa proximité avec ELLE, les formes de la propiétaire ne s'étaient pas encore dessinées dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
L'Entitée
Divinité
Divinité
avatar


Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 0
Réaction Portes-Mondes: 0

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Mer 29 Sep - 19:24

L'invitée divine n'avait qu'une chose en tête : Cette Beauté souffrante sur le sol de ce magasin. Elle lui hantait les pensées, la dévorant d'un feu ardent, semblant la déchirer entre de nombreux sentiments. Cette force du brasier intérieur la rendait complétement aveugle. Sa perception était à présent nulle, et même une mouche n'aurait su attirer son attention (à l'échelle de l'Entitée, une mouche est un être extrêmement bruyant et encombrant, lorsque l'on ressent la présence de la vie en une plante, les êtres mouvants sont de gros pachydermes concernant la discrétion) …

Elle manqua donc l'entrée d'un magnifique jeune homme. Accoutré d'une manière peu commune, chevelure au vent, Lazarus semblait omnibulé. En temps normal, La Grande Reine aurait rit de l'état de cette personne, car elle sait combien elle est impressionnante, et ne manque pas d'en jouer. Mais, sa réaction fut toute autre cette fois-ci.

Alors qu'elle attendait lentement que la fleuriste reprenne ses esprits et s'en aille en quête de l'objet de son désir, la présence de Lazarus lui vînt rapidement à la figure, l'interpellant. D'un mouvement effrayant, son corps pivota légèrement sur le côté, et sans même que sa rotation soit terminée, elle se trouvait face à Lazarus. Un petit mètre les séparaient. Sa petite taille contrastait avec celle de l'homme, mais tout deux dégageaient une aura toute particulière, non comparable certes, mais sensible. Tout deux auraient pu de leur simple présence impressionner tout un peuple, le charisme étant apparemment leur trait extérieur le plus important.

Le face à face ne fut pas long. L'Entitée prit juste assez de temps pour que le bellâtre puisse se rendre compte de ce qu'il se passait. Son visage était neutre, observant, et la flamme qu'animait la plante en elle semblait avoir complétement disparue. La Grande était troublée.


- Comment un tel homme a t-il pu se rendre jusqu'ici, sans même que je m'aperçoive de sa présence en Ashkore ? Pourquoi sa beauté me dérange t-elle ? … Je sens comme une aura familière autour de lui, qui est-ce ?! -

La sérénité n'était pas son lot actuel, à vrai dire, ces interrogations devaient se voir dans son expression à présent froncée, mais néanmoins magnifique (il semble que son visage, même dans tout les états possible de la matière, soit sublime). Elle ne tarda pas à ouvrir la bouche, surement pour dire quelques bribes de paroles incompréhensible ;

« Tu es un intrus … Intrus parmi les tiens … Magnifique jeune homme … Libre … »

Tout ces mots, aussi mélodieux soient-ils, semblaient dénonciateurs, chacun séparés d'une petite seconde de silence. Elle reprit alors la parole d'un air plus décidé, d'un air plus grave.

« Cette femme et ces fleurs m'appartiennent mignon petit ~ Sache le ! Ashkore m'appartient mon chéri ~ »

L'instant suivant, l'atmosphère sembla s'alourdir, quelque peu désagréable. Et, sans se soucier de la réaction de Lazarus, ou de ce que celui-ci aurait à dire, l'Entitée avait disparu. Sans bruit, sans déplacement d'air. Le temps, en une seconde, l'avait effacé. Le pire était peut-être que personne ne semble jamais la voir disparaître (lorsqu'elle n'use pas de tout ses beaux effets magiques dus à la téléportation), elle est là, et l'instant d'après, plus rien. On pourrait même douter de sa présence à un instant, qu'elle fut même une fois réellement apparue. Pourtant, l'esprit se souvient généralement, de ces paroles, et de cette sensation étrange, oppressante, désagréable, et tellement sensuelle, élégante, apaisante et délectable, malsaine...

Le jeune homme et la fleuriste étaient à présent seules dans la pièce. Titulaires d'un secret plus ou moins partagé, qui se résumait à de drôles de sensations et des souvenirs auxquels il est difficile de croire. Mais jusqu'à maintenant, il semblait qu'aucun des deux n'avait remarqué la présence de l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Eléa

avatar

Sexe : Féminin

Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 500
Réaction Portes-Mondes: 0%

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Jeu 30 Sep - 22:08

Les mêmes questions se bousculaient dans l’esprit d’Eléa, totalement désemparée. Que faire ? Que dire ? Que penser ? Pouvait-Elle entendre ses pensées ? Pouvait-Elle ressentir ses émotions ?

Sûrement… on ne peut en général rien cacher à sa mère, quelle qu’elle soit. Une mère découvre toujours les mensonges de ses enfants. Dans leurs veines coule le même sang.

Cette « femme » était là depuis à peine quelques minutes, et en si peu de temps elle était devenue la seule chose qui la rattachait à son ancienne vie, lorsque ses parents pouvaient encore prendre soin d’elle. Et l’embarras se transforma peu à peu en amour teinté d’effroi. L’amour et la gratitude d’une fille pour sa mère, l’effroi de découvrir pour la première fois sa créatrice après vingt quatre années d’existence dans ce monde.

La jeune femme regardait encore l’Entité avec ses grands yeux quand elle entendit une nouvelle fois le son de sa voix.

Quelle étrange réclamation de la part de sa créatrice. Sa fleur ? Son expérience ratée, étendue sur le sol de l’arrière boutique ?

Une larme coula le long de la joue d’Eléa, une larme dans laquelle tellement d’attentes se pressaient. Sans réfléchir, animée d’un paisible sentiment de confiance totale, la jeune femme partit quelques secondes dans l’arrière boutique, sans même faire attention à son nouveau visiteur. Elle saisit la délicate fleur gisante, agonisante, entre ses frêles doigts, la terre ne faisant que les salir encore plus, et repartit à son comptoir.

Durant ces quelques secondes, peut-être une minute après tout, l’atmosphère de la pièce avait considérablement changée. L’aura de l’Entité semblait avoir créée une atmosphère chaude, agréable, rassurante. Et tout avait disparu. Elle était partie, sans même recevoir la fleur mourante.

Les émotions s’étaient très rapidement succédées dans l’esprit d’Eléa, et elle ne s’en retrouvait que plus interloquée. Pourquoi l’avait-Elle quittée ? Et une seconde fois dans son existence, sa mère venait de disparaitre…

Durant ces longues minutes, la fleuriste n’avait même pas remarqué la présence d’un homme, entré dans la boutique à pas de loup. Mais maintenant que le néant semblait s’être installé dans la pièce, elle sursauta en le trouvant à ses côtés. Comment était-il arrivé ici ? Elle n’avait décidément rien remarqué… Un client ? Un voyageur ?

Comme si de rien n’était, Eléa se replaça rapidement derrière son comptoir, déposa la plante dans un pot vide en attendant de la rempoter.

- Vous désirez, monsieur ? demanda-t-elle le plus naturellement du monde.

Qu’il ait vu quelque chose ou non, mieux valait se contenter d’un précieux souvenir de cette fabuleuse apparition. Une sensation de chaleur caressa alors le corps de la jeune femme, une sensation de bien-être et de sécurité. Tout irait pour le mieux aujourd’hui, elle le savait…

Remise de ses émotions, elle se mit à dévisager le nouvel arrivant, d’une grande beauté soit dit en passant, attendant une réaction de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Lazarus

avatar

Sexe : Masculin

Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: 250
Réaction Portes-Mondes: 0%

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Sam 16 Oct - 14:55

Toute cette scène n’avait durée que quelques secondes, mais Lazarus l’avait vécue comme une éternité. Il s’était retrouvé face-à-face avec un joyau du monde que peu avait eu le privilège de contempler. Pendant un court instant, ce chef-d’œuvre semblait à sa portée, un seul et léger mouvement lui aurait fait effleurer sa peau divine. Toutefois il n’osa rien, car cette proximité physique transcendait toutes expériences. Même si elle se trouvait à peine un mètre de distance, son regard lui semblait venir d’un autre monde et son corps lui paraissait aussi fragile que si l’air avait prit forme devant lui, n’attendant qu’un mouvement brusque pour disparaître.

C’est alors qu’une musique sans précédent emplie la boutique, ELLE lui parlait. Chaque son qui sortait d’entre ses magnifiques lèvres faisait frissonner la moindre parcelle du corps du jeune homme. La voix atteignait le plus profond de son âme, comme si ses paroles ne pouvaient qu’être captées par le plus profond de son être, les sens n’étant que simples artifices mortels. Un seul regard posé sur sa personne suffit à l’Entitée pour cerner l’essence de son existence. Ses mots semblaient contenir à la fois toute la douceur et la dureté du langage. Il n’entendit pas ce qu’elle avait à lui dire, dans une situation comme celle-ci l’ouïe semble inutile et superflue, mais le sens lui parvenait directement à l’esprit sans être altérer par des fausses interprétations. Aussi clair qu’il pouvait les capter, les deux courtes phrases qu’ELLE lui avait adressées possédaient une trop grande force de sens pour qu’il puisse les comprendre dans leur entièreté.

Il profita pleinement de son petit moment d’éternité avec ELLE. Il ne sentit nullement la nécessité de lui répondre et préféra vivre pleinement le temps qui s’écoulait. Même si il avait voulu placer un mot, il aurait été trop tard. Après avoir troublé à jamais l’âme de l’étranger, l’Entitée reprit son chemin quittant sûrement comme elle était arrivée : de façon majestueuse. Lazarus ne put qu’afficher un sourire sincère face à ce qu’il venait se passer. Il préféra passer à autre chose sans ressasser ce moment dans ses pensées, sous peine de l’altérer et de le gâcher à jamais. Ce qui ne lui avait pas apparue, se forma alors tranquillement devant ses yeux. Il aperçue cette fleuriste qui se tenait docilement derrière son comptait. Elle aussi avait probablement assistée à la scène et l’avait probablement vécue d’une manière totalement différente mais toute aussi intense. C’est par un simple contacte visuelle avec elle qu’il partagea cette complicité naissante.

Étrangement ce n’était pas la satisfaction ou le plaisir divin qui se lisait sur le visage de la femme, mais une certaine déception. Cette fleure, qui régnait sur toutes les autres, ne semblait pas se faner pour autant. Sa tige était plus forte, plus résistance que les gens communs et elle semblait avoir déjà endurée d’autres douleurs. Doucement, ses pétales reprirent de la couleur et elle s’adressa à l’étranger comme si rien n’était arrivé, après tout n’était-ce pas là la meilleure réaction à avoir ?

« Vous désirez, monsieur ? » La liste de ses désirs était plus qu’exhaustive et Lazarus ne voulait pas lui imposer le supplice des tous les entendre. Il trouvait cela plutôt étrange d'aborder une nouvelle rencontre avec une si grande question. Du moins, c’est ainsi qu’il comprit le sens de cette phrases, car il n’en voyait aucun autre. Il s’approcha alors doucement de la créature qui se tenait devant lui, sans dire le moindre mot. Son regard plongea profondément dans le sien afin que les mots de Lazarus puisse parvenir jusqu’à elle et non s’arrêter aux limites des perceptions. Il n’exprima qu’un seul désir, un petit désir simple, quoi qu'important, qu’il entretenait depuis son arrivée à Ashkore.

- Me feriez-vous le plaisir de me laisser prendre un peu de repos ici, parmi vos merveilles. Je quitterais dès que la fatigue sera partie elle aussi. Pour le moment il n’y a que cet endroit qui puisse m’apaiser, que cet endroit où la nature ne s’est pas abandonnée à l’humanité, mais travail plutôt de concert avec elle.

Il jeta un léger coup d’œil circulaire à la pièce, regardant chaque plante, chaque fleur dans ce qu’elle avait d’unique et de resplendissant. Puis, il ramena son regard sur Éléa et prit sa main dans les siennes, sans se soucier de sa réaction. Après tout, les normes sociales lui étaient inconnue et sa liberté ne s’arrêtait pas où les coutumes et lois commençaient. Il voulait sentir cette main sous les siennes, cette main qui prenait soin des enfants de la nature.

- Je sais qu’ici je serai en sécurité. Ces fleurs vous chérissent comme vous les chérissez. Vos mains ne sont pas de rudes outils, mais de doux magiciens qui opère leur enchantement au moindre contacte. Alors qu’en dites-vous ?

Bien que tout cela puisse sembler être de grands éloges, il ne s’agissait que de des faits pour Lazarus. Dans sa voix aucune émotion ne semblait transparaître, mais chaque mot avait son importance, chaque parole était prononcée avec autant d’éloquence et de vigueur. La fatigue le gagnait de plus en plus, il le sentait dans chacun de ses muscles sans que cela ne soit vraiment apparent. Il avait fait longue route et cette boutique était son premier arrêt.
Revenir en haut Aller en bas
Adulith
Seigneur
Seigneur
avatar

Sexe : Masculin

Feuille de Personnage
Arme: Aucune
Aphliz: Indéfini
Réaction Portes-Mondes: 100%

MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   Ven 4 Fév - 15:19

- Pour cause de non réponse, ce sujet est à présent cloturé. Lazarus reçoit 10 points de notoriété pour son interaction sociale de courte durée ! -

_________________
Avatar : KirKat
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP Fini] Un client dans une boutique déserte   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP Fini] Un client dans une boutique déserte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue dans ma boutique!
» [Achat dans la boutique de vètement SW] Mushi Mushi?
» [FINI] Promenons-nous dans les bois ... euh près du lac.
» Demande d'achat dans la Boutique à Jetons
» [FB1622]Dans les rouages de l'homme poisson [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ashkore :: Ashkore, le Jeu :: Astas la vive, Partie Sud :: Trastyl, Quartier du commerce :: La Rose d'Ispahan-
Sauter vers: